Maternité et accouchement

Maternité et accouchement

Pratomigranti » Vivre en ville » Santé » Maternité et accouchement
Logo pagine interne
logo pratomigranti.it
icona scelta lingua

Maternité et accouchement

La citoyenne étrangère enceinte, présente en Italie même de manière irrégulière, ne peut pas être expulsée jusqu'à 6 mois après la naissance de l'enfant. La femme enceinte reçoit de la Questura un permis de séjour pour soins médicaux.

Visites et soins pendant la grossesse

En Italie, toutes les visites et les soins pour la grossesse sont gratuits pour toutes les femmes (on ne paie pas de ticket modérateur). Les femmes étrangères non en règle avec le permis de séjour ont droit à toutes les prestations gratuites.

Cours pour futurs parents

Il existe un cours d'accompagnement à la naissance : des rencontres théoriques auxquelles peuvent participer aussi les pères, et des rencontres réservées aux futures mamans.

Projet "Mamma segreta" (Maman secrète)

La loi italienne permet à la femme d'accoucher dans l'anonymat et de ne pas reconnaître l'enfant, tout en garantissant à l'enfant le droit de grandir dans une famille.

Les congés pour les futurs parents qui travaillent

Il est prévu, pour les femmes enceintes qui travaillent, le "congé de maternité", c'est-à-dire une période d'abstention obligatoire du travail pour les femmes.
Il existe aussi le "congé parental", qui est la période d'abstention facultative du travail, dans les 8 premières années de vie de l'enfant, pour les deux parents.

Interruption de grossesse (avortement)

Selon la loi italienne, on peut dans tous les cas interrompre la grossesse dans les 90 jours qui suivent la conception.
Après 90 jours, en revanche, on peut interrompre la grossesse uniquement si la future maman est en grave danger de vie (à cause de la grossesse) ou si l'enfant qui doit naître présente de graves malformations.
Pour l'interruption volontaire de grossesse, il faut s'adresser à son médecin ou directement à l'Asl de Prato.

Cas particulier

La citoyenne étrangère enceinte avec un permis de séjour pour soins médicaux ne peut pas travailler et son permis est révoqué en cas d'interruption volontaire de grossesse.
En outre, l'interdiction d'expulsion est étendue aussi au mari, non vivant pas nécessairement sous le même toit, qui peut rester sur le territoire pendant toute la période concédée à la femme.
Le permis pour soins médicaux peut être converti en une autre typologie de permis après vérification des conditions de délivrance.

Où aller

Ufficio relazioni con il pubblico - URP multiutente / Bureau Relations avec le public
Dernière mise à jour: mercoledì 08 febbraio 2017
- Inizio della pagina -
Il progetto Pratomigranti è sviluppato con il CMS ISWEB® di Internet Soluzioni Srl www.internetsoluzioni.it